Infection d'origine dentaire

Docteur Joelle Ouaknine, Docteur Ylann Rouah, Docteur Gabriel Wahnich, dentistes à Neuilly sur Seine (92200) vous explique l'infection d'origine dentaire.

Chacune des structures (dent, gencive) est susceptible d’être une "porte d’entrée" infectieuse potentielle si elle se trouve être lésée.
Voici résumé les différentes pathologies amenant à cette lésion de l’organe dentaire et les inévitables conséquences infectieuses redoutées.

Prendre RDV en ligne

A. LES CAUSES DE L’INFECTION

LA CARIE :

Atteinte de l’email dentaire, elle est occasionnée par une prolifération microbienne, souvent favorisée par le tartre. Son évolution spontanée est un attaque progressive de la surface de l’email , ainsi que du réseau interne nourricier et sensitif de la dent : la pulpe .
Indolore au debut, elle devient douloureuse en progressant dès l’atteinte de la dentine puis de la chambre pulpaire, ce qui constitue LE signal d’alerte avant les ennuis.
Il est cependant parfois trop tard et l’évolution spontanée peut se faire vers :

  • L’abcès, soit osseux soit des structures molles voisines
  • La formation d’un granulome (foyer infectieux latent localisé au niveau des racines dentaires)
  • La mortification dentaire (dent insensible et devenant noirâtre)
  • La diffusion microbienne dans le sang (septicémie)

LES PARODONTOPATHIES OU MALADIE DE GENCIVE

Elles désignent l’atteinte des éléments de soutien de la dent (Gencive,cément,os). Elles proviennent, le plus souvent, d’un processus infectieux mais peuvent relever d’une pathologie d’ordre général.

2a. Origine infectieuse :

La carie dentaire , de proximité, y trouve une place prépondérante. Le mécanisme de diffusion est celui d’une atteinte du desmodonte (cément, ligament alvéolo-dentaire le long de la racine ) via la chambre pulpaire puis une migration de l’infection vers l’os.
De plus, la MAUVAISE HYGIENE BUCCALE  est à l’origine d’une pullulation microbienne au niveau de la plaque dentaire susceptible d’engendrer des inflammations locales de la muqueuse et de provoquer une " porte d’entrée " pour les bactéries.

2b – Origine générale :

En dehors des causes infectieuses, un certain nombre d’affections ou de déséquilibres organiques peuvent avoir un retentissement au niveau du parodonte et plus particulièrement au niveau de la gencive. Dans ce cas précis, les facteurs généraux sont dits prédisposants ou déclenchants MAIS l’affection générale étant traitée, les lésions induites évoluent pour elles mêmes, entretenues par les facteurs locaux.

Quelles sont les principales causes générales ? :

  • Diabète
  • Carences vitaminiques : A B C D K
  • Maladies du sang

B. LES CONSEQUENCES LOCALES DE L’INFECTION

  1. La gingivite : Inflammation aigue de la gencive qui devient rouge, douloureuse, boursouflée et saignetante.
  2. La desmodontite : Inflammation du ligament alvéolo-dentaire le long de la racine. Elle se présente, en général par une douleur lancinante exacerbée en position couchée, associée à une sensation de " dent longue ". La percussion verticale de la dent est par ailleurs très douloureuse. L’apparition de tels signes impose une consultation en urgence chez le dentiste afin de mettre en place le traitement médical approprié.
  3. La cellulite : Il s’agit d’une infection des tissus avoisinants les organes dentaires ( joue gonflée )

Cellulite faciale

Elle se présente majoritairement sous le forme d’une tuméfaction chaude, rouge et parfois douloureuse des tissus de voisinage. Cette atteinte est généralement en rapport avec une dent.
Elle peut engendrer à la mâchoire inférieure :

  • Un gonflement de la joue
  • Un gonflement du plancher buccal (zone située sous la langue)
  • Un gonflement du cou

Ce GONFLEMENT s’associe ou non, selon la position sur l’arcade de la dent responsable, à une limitation de l’ouverture de la bouche (appelé trismus) due à l’inflammation du muscle masticateur "le masséter".

Concernant les dents du maxillaire supérieur, il peut apparaître :

  • Un gonflement de la joue
  • Un gonflement des paupières
  • Un gonflement du palais

 

L’apparition de ce tableau clinique (douleur dentaire et/ou gonflement douloureux des tissus environnant) IMPOSE une consultation médicale en EXTREME URGENCE.
Une évolution défavorable avec une éventuelle atteinte de l’œil ou de la respiration peut engager le pronostic VITAL.
Heureusement dans la majorité des cas un traitement par antibiothiques soit par voie orale, soit par voie intra-veineuse suffit à enrayer l’évolution, mais il est parfois nécessaire d’intervenir chirurgicalement pour , ôter le foyer infectieux responsable (la dent ) et drainer la collection purulente.

SVP : PAS D’AUTOMEDICATION

C. CONSEQUENCES A DISTANCE DE L’INFECTION

Si les complications locales ou loco-régionales sont le fruit d’une pullulation microbienne et des réactions inflammatoires de défense de l’organisme, il en va de même des complications à distance .
Ainsi le passage des bactéries dans la circulation sanguine par la pulpe dentaire peut occasionner une fixation des bactéries sur des organes "cibles" tels que :

  • Le coeur (notamment les valves) avec risque d’endocardite
  • Le cerveau
  • Les articulations des membres et les vertèbres de la colonne
  • Les poumons, les reins ….
  • Les prothèses d'organes ( orthopédique ou cardiaque )

Les conséquences en sont une altération notable de la FONCTION de l’organe atteint (voire sa destruction partielle ou totale).

C’est pourquoi une attention toute particulière doit être entreprise dans la PREVENTION des infections dentaires et parodontales non seulement chez le patient " sain " mais plus encore chez le patient porteur d’une atteinte cardiaque (notamment valvulaire), rénale (insuffisance rénale) ou encore pulmonaire (insuffisance pulmonaire).

COMMENT EVITER DE TELLES COMPLICATIONS ?

1. L’HYGIENE BUCCALE :

Elle comprend :

  • Brossage des dents régulier de 3 minutes environ après les repas (au mieux sinon matin et soir).
  • Utilisation régulière de dentifrice à composition fluoré.
  • En une alimentation ne faisant pas trop la part belle aux sucreries.
  • Utilisation de fil dentaire, de brossettes interdentaires ou d'hydropulseur suivant les cas.

2. LE SUIVI DENTAIRE REGULIER

En dehors des règles de bonne hygiène bucco-dentaire , un suivi régulier (au mieux 2 fois par an) chez votre dentiste est nécessaire à la détection précoce des lésions.