Qu’est-ce qu’un bon orthodontiste ?


SANTÉ BUCCO-DENTAIRE :
ATTENTION AU GRIGNOTAGE DURANT LE CONFINEMENT !

En cette période de confinement, le rythme de vie et les habitudes des Français changent forcément !
 

Un bon orthodontiste se doit de passer beaucoup de temps sur l’étude du cas. 

Demande bilan orthodontique

La difficulté en orthodontie n’est pas la pose d’appareillages plus au moins complexes, que souvent même de simples manipulatrices, dans certains gros cabinets, peuvent mettre en place sans difficulté majeure.
L’important , pour un très bon orthodontiste, c'est la pose du bon diagnostic, à savoir : de quelle pathologie souffre le patient?
Est-ce juste un problème de mauvaise position des dents ou est-ce plus délicat comme un problème squelettique qui nécessitera soit une chirurgie, soit l’acceptation d’un compromis esthétique ?
 
Un bon orthodontiste fera, lors d’une première séance, un bilan clinique du patient afin d’éliminer les éventuelles causes fonctionnelles souvent responsables d’encombrements dentaires. A savoir :
 
  • Problème de ventilation insuffisante (amygdales trop importantes, orifices nasaux encombrés par les cornets.)
               Le patient sera orienté vers un ORL en même temps ou avant le début du traitement.
 
  • Problème de posture (mauvaise position du dos).
                Le patient sera alors orienté vers un ostéopathe ou un kinésithérapeute.
 
  • Problème de mauvais positionnement de la langue.
                   Le patient sera orienté vers une orthophoniste ou devra porter un « ELN » (appareillage nocturne de rééducation linguale ).
 
En effet, si ces dysfonctions ne sont pas diagnostiquées et traitées avant ou en concomitance avec le traitement, la récidive sera inévitable.
 
Lors de cette première visite, des radiographies (panoramique et téléradiographie de profil en occlusion), des photos et des moulages seront effectués ou prescrits afin de faire une étude très méticuleuse.
C'est seulement à l’issue de celle-ci et de l’examen clinique qu'un diagnostic pourra être établi d’une manière précise.
 
Un bon orthodontiste pourra alors savoir si le problème est uniquement dentaire, fonctionnel ou squelettique.
 
Lorsque le problème est uniquement dentaire, se posera une autre question importante : Faut-il extraire les dents afin de faire de la place pour l’alignement ou non ?
 
Dans certains cas la réponse est simple : 
  • Non, avec une simple expansion de l’arcade, l’alignement est possible sans perturber l’occlusion.
 
  • Oui, il faut absolument extraire car le manque de place est trop important.
  • Dans certains cas, c’est limite on tiendra alors compte du profil du patient qu’il ne faudra surtout pas dégrader.
A savoir :  
 
  • Si le patient a un profil plat, il est préférable de ne pas extraire mais à la condition expresse d’avoir un patient très motivé et consciencieux qui portera correctement sa contention, sans quoi, la récidive sera inévitable. Sinon, on extraira les secondes prémolaires.
 
  • Si le patient a un profil convexe, on pourra extraire sans hésiter car on améliorera celui-ci.
 
Dans le cas où s’ajoute un problème fonctionnel, il faudra absolument régler celui-ci avant la fin du traitement en se faisant aider par un ORL, un ostéopathe, un kiné ou un orthophoniste.
 
Dans le troisième cas, le plus délicat, où un problème squelettique est mis en évidence, le traitement idéal passe par une chirurgie maxillo-faciale réalisée par un spécialiste.
 
Le bon orthodontiste fera dans un premier temps, un alignement parfait des deux arcades, puis le chirurgien assemblera celles-ci d’une manière idéale en agissant sur les os.
Une dernière étape d’orthodontie servira à stabiliser le résultat parfait.
 
Dans le cas où le patient refuse la chirurgie, seul un traitement de compromis esthétique et occlusal sera possible.